Disparition de Thierry Pitarque

Institutionnel

Thierry Pitarque, maître de conférence à l'UNS, créateur et directeur du master MAPI (management de projets innovants) est décédé au mois de septembre des suites d'une longue maladie. Dans sa newsletter hebdomadaire, l'école d'ingénieur Polytech lui a consacré un bel hommage que nous vous proposons de partager ici.

20-09-2018

Thierry Pitarque a oeuvré pendant plus de 30 ans pour l'Université Nice Sophia Antipolis. Il nous a malheureusement quitté le 4 septembre 2018. A travers ces quelques lignes et témoignages, Polytech Nice Sophia aimerait lui rendre un dernier hommage pour tout ce qu’il a apporté à l’école.

Après une thèse en traitement du signal sur l'extraction des potentiels évoqués auditifs, il devient ingénieur civil à la Direction des constructions navales de Saint-Tropez. Ingénieur et maître de conférences à l'Université Nice Sophia Antipolis, ce spécialiste du traitement du signal se passionne pour le management de projet. En 2000, il est nommé responsable du Master Management de Projets Innovants (MAPI), et en 2006 il y intègre deux nouveaux parcours : Management Technologique (MAT) et Management Innovant en Jeu Vidéo (MAJE).

Depuis dix ans, en avance sur son temps, Thierry Pitarque a conçu une formation sur le management de projet en jeu vidéo qu'il a perfectionnée peu à peu en restant à l'écoute aussi bien des étudiants que des enseignants universitaires et des intervenants professionnels.

Quelques mots de ses collègues...

M. Jean-Yves Tigli :

"Au-delà du sympathique collègue, toujours disponible, jovial et souriant, je connaissais Thierry comme un universitaire toujours passionné capable de sortir de sa zone de confort pour porter des formations nouvelles dans notre Université. A ce titre et pour tout le courage dont il a su faire preuve, j'aurai toujours une pensée affectueuse pour lui."

M. Luc Deneire :

Cher Thierry, je vois ton sourire en coin et tes yeux pétillants, pour cacher ton émotion. Tu es là, au milieu de nous, on reçoit ton amitié profonde, d'abord et avant tout, on entend tes remarques sceptiques, et ton enthousiasme fou, on admire ton courage joyeux faire la nique à la maladie, on endure ton exigeance toujours bienveillante, on ne peux que t'aimer, toi qui es toujours là, pour une discussion animée, pour un sourire gentil ou narquois, pour un soutien, toujours, Cher Thierry, ce soir, pour faire la nique à la maladie comme toi, je m'endormirai heureux, en voyant ton sourire en coin et tes yeux pétillants, en pensant à ton coeur gros comme le notre, en plantant plein d'arbres dans ton jardin, On te laisse à ta famille, à tes proches, je suis sur que ta force les aidera à retrouver la joie, à te retrouver, Au revoir Thierry

M. Iannis Aliferis :

Thierry était toujours la voix différente, un éclairage nouveau sur des questions que l'on croyait résolues. Comme Socrate, il interrogeait lui aussi, au sens propre et au sens figuré, les collègues, les idées reçues, les étudiants. Ce n'est pas un hasard s'il était parmi les premiers à adopter les boîtiers de vote pour poser des questions en cours et à continuer à les utiliser année après année ; le premier aussi à explorer les possibilités ouvertes par le projet du Learning Centre sur le campus. Deux détails anecdotiques par rapport à tout le reste, des exemples qui mettent en lumière sa philosophie centrée aux étudiants. Ce sont leurs témoignages, nombreux, chaleureux, émouvants, qui donnent la meilleure preuve de la trace indélébile qu'il laisse dans ce monde.

Mme Christine Bachelot :

"Thierry m’a donné l’opportunité d’enseigner dans son master, où j’ai pu découvrir l’ « esprit MAPI ». Thierry savait mettre en exergue les qualités de ses étudiants et développer leur confiance dans leurs projets professionnels mais aussi personnels. Sa bienveillance et son soutien sans faille nous ont tous marqués.
Thierry déployait une énergie extraordinaire pour mettre en place de nouveaux projets pédagogiques : le "projet Promotion" qui s’appuyait sur une thématique nouvelle chaque année en collaboration (agronomie, énergie, écologie…) et en lien avec le milieu professionnel et le fameux " cas Transacca" qui permettait de fédérer les étudiants.
Enfin, Thierry impressionnait par son courage, ne se plaignait jamais et conservait toujours l’espoir.
Thierry était toujours tourné vers l’avenir, l’action, les projets…..
Thierry va terriblement nous manquer....

 

Source : newsletter de Polytech - avec l'aimable autorisation de Lilia Jemmali du service communication de Polytech Nice Sophia

 

 

Partager cet article :