Séminaire « L’incertitude de la connaissance dans les processus explicatifs en géographie » – 8 février 2016

Axe 4 "Territoires, systèmes techniques et usages sociaux"
Quand ? Le 08-02-2016,
de 09:30 à 12:30
Où ? IMREDD (salle 0424)
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Dans le cadre du projet "Incertitude et fabrication du savoir scientifique", l’axe 4 de la MSHS Sud-Est et le Groupe "Incertitude" de l’UMR ESPACE propose une rencontre sous forme d’échanges avec Franck Varenne (Maître de conférences en épistémologie,Université de Rouen et GEMASS (UMR 8598 / CNRS / Paris Sorbonne) sur "L’incertitude de la connaissance dans les processus explicatifs en géographie", le lundi 8 février 2017, à l’IMREDD (Immeuble Nice premium, 3 bd Maître Maurice Slama, 06200 Nice, salle 04.24), de 9h30 à 12h30.

Téléchargez le programme et le canevas de la discussion

Présentation

Au sein de la MSHS Sud-Est et de l'UMR ESPACE, plusieurs chercheurs de sciences humaines et sociales réfléchissent, dans une problématique de l'histoire des idées, à la question de "l'incertitude et la fabrication du savoir scientifique". Ce travail fait suite à la table ronde qui s'inscrivait dans le projet "Faire science avec l'incertitude", à laquelle F. Varenne avait déjà participé en juin 2014, dans une perspective plus interdisciplinaire. La collaboration actuelle entre les chercheurs (sociologie, histoire, économie, ethnologie, philosophie et géographie) vise à étudier, au cours de son histoire, comment les différentes disciplines ont été confrontées à la question de l'incertitude (prise en compte, émergence, poids, etc.).
En conséquence, le public de l'intervention sera double. D'une part, des géographes de l'UMR ESPACE, spécialistes de géographie théorique et quantitative, seront présents ; ils ont déjà travaillé de manière appliquée sur la modélisation des processus spatiaux en contexte incertain. D'autre part, des non géographes, issus des SHS, intéressés par une réflexion épistémologique sur l'incertitude, participeront aussi au débat ; leurs approches s'inscrivent dans une autre discipline, souvent plus qualitative que quantitative. Il s'agit donc d'échanger avec ce double public, aux attentes différentes.