Projet 8 : PAS-TIC Promotion d’un mode de vie Actif chez les Seniors en milieu rural : rôle des Technologies de l’Information et de la Communication Etude pilote

Porteurs de projet

Personnes réellement impliquées (effectif global + détail nom, statut, laboratoire) :

Laboratoires et/ou équipes UNS concernés

Partenaires

Objectifs

L’engagement durable dans un mode de vie actif chez les seniors est un phénomène complexe, notamment en raison de la pluralité des barrières et facilitateurs physiques, psychologiques et environnementaux (Baert et al., 2011). L’émergence des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) pour promouvoir l’Activité Physique (AP) est un domaine de recherche en plein essor, dont les effets positifs à court terme (3 mois) sont bien démontrés. Toutefois les mécanismes explicatifs de l’acceptabilité (étape initiale du processus d’adoption des technologies ; Bobillier-Chaumon, 2016), du mode d’appropriation et des effets de ces nouveaux dispositifs restent encore peu connus (Petit & Cambon, 2016). Par ailleurs, le rôle des TIC dans la promotion de l’AP dans les zones rurales reste peu étudié (Kurti et al., 2015).
Sur le territoire des Alpes-Maritimes, des programmes passerelle « Prévention Active Seniors » (PAS) ont été développés en 2017-2018 par Azur Sport Santé (centre de ressources, d’expertise et de promotion du sport-santé en PACA-Est). Ces programmes de 12 semaines d’Activité Physique Adaptée (APA) en présentiel ont permis à de nombreux seniors d’être initiés à la pratique de l’APA dans l’espoir d’une pratique autonome et pérenne. Cependant, les programmes PAS n’ont pas pu être développés ou pérennisés dans certaines communes, malgré la volonté locale, du fait de l’enclavement et des difficultés d’accès. Ce constat a ainsi fait émerger le besoin de développement d’autres formes de pratiques d’AP, et notamment d’interventions d’AP à l’aide des TIC.
Le projet PAS-TIC a pour objectifs principaux d’explorer les mécanismes de l’acceptabilité du développement d’interventions d’AP à l’aide des TIC : par les seniors (approche individuelle par enquête psychométrique complétée par des entretiens), et par les acteurs politiques des communes (approche socio-politique auprès des élus, techniciens et professionnels de santé par des entretiens intégrant l’outil CAPLA-Santé).Pour explorer de manière pluridisciplinaire ces mécanismes, nous avons constitué un collectif de travail regroupant la MSHS Sud-Est (LAMHESS et LAPCOS) et la MSH Lorraine (APEMAC).

Ce programme de recherche a fait l’objet d’une demande de financements dans le cadre de l’AAP 2018-2019 de la RNMSH-FMSH-TGIR HN. Compte-tenu de la forte dynamique locale et afin de permettre l’émergence de ce projet et d’en étudier la faisabilité, nous souhaiterions réaliser une étude pilote en 2019. Cette étude pilote permettra de pré-tester les outils méthodologiques auprès d’un échantillon d’élus et de seniors ayant bénéficié d’un programme PAS dans leur commune (i.e., sensibilisés au développement et/ou à la participation à une offre d’AP à destination des seniors). Pour cela, 5 à 10 entretiens semi-directifs seront menés auprès des élus des communes où des programmes PAS ont été développés. Ces entretiens auront pour objectifs d’explorer leurs préférences d’alternatives technologiques pour rendre l’AP accessible aux seniors, et les facteurs explicatifs de leur plus ou moins grande adhésion aux TIC pour la favoriser. L’enquête psychométrique visant à mesurer l’acceptabilité du développement d’interventions d’AP à l’aide des TIC sera pré-testée auprès d’un échantillon réduit de seniors (5 à 10 ayant participé au programme PAS), à partir d’une version française du questionnaire UTAUT2 de Venkatesh et al. (2012) validée par notre équipe. Des entretiens complémentaires seront réalisés afin de leur demander d’expliciter leurs réponses et leurs perceptions sur la clarté et la compréhensibilité des questions posées. Dans un second temps, environ 50 seniors seront également recontactés afin de leur proposer de participer à l’enquête psychométrique finalisée après réalisation des ajustements identifiés lors de l’étape précédente.
Les premiers résultats permettront ainsi d’adapter les outils de mesure, et d’évaluer dans quelle mesure l’usage des TIC est perçu comme un vecteur pouvant favoriser le changement de comportements vers un mode de vie plus actif chez les seniors des zones rurales, ou dans le cas contraire quels en sont les freins.

Thématiques

Financements

Actualités

Evènements